Votre enfant présente des difficultés d'attention?

Votre enfant est distrait, manque d’attention, ou il est agité, bavard, impulsif, dans la lune? Son enseignant s’en inquiète et pense que cela impacte les apprentissages ?

Vous vous interrogez sur la probabilité d’un trouble attentionnel qui empêcherait à l’enfant de mobiliser son plein potentiel.

Voyons donc quelles sont les fonctions attentionnalles et les fonctions qui contrôlent les ressoursces attentionnelles ?

Les fonctions attentionnelles

Les fonctions attentionnelles évoluent jusqu’à l’âge adulte : l’enfant de maternelle n’aura donc pas les mêmes capacités qu’un lycéen. Elles sont multiples car elles se composent de plusieurs sous-domaines qu’on peut évaluer de manière isolée :

  1. La vigilance ou l’éveil : déclenchée comme un réflexe lorsqu’un événement soudain attire l’attention. L’enseignant cherche à maintenir le niveau de vigilance de ses élèves par de multiples stratégies souvent auditives.

 

  2. L’attention sélective

 

Dirigée : capacité à sélectionner une source d’information en inhibant  toutes les autres sources de distraction. L’élève sollicite cette fonction en cherchant des informations dans un texte, un graphique ou une consigne donnée oralement dans le brouhaha de la classe.

Divisée ou partagée : habileté à traiter simultanément plusieurs sources d’information ou à se déplacer son attention entre différentes activités. C’est ce que fait l’éléve lorsqu’il sollicite plusieurs compétences dans une même tâche : un contrôle écrit sollicite l’écriture, l’orthographe, l’analyse des connaissances, le raisonnement, etc…

 

  3. L’attention soutenue : capacité à maintenir son attention de façon continue afin de mener à terme une tâche. C’est le cas des élèves, parfois peu motivés par la matière enseignée qui doivent continuer à s’intéresser au cours pour le comprendre et le mémoriser.

De plus, les capacités attentionnelles dépendent de deux modalités sensorielles très présentes dans le contexte scolaire : visuelle et auditive.

Le trouble attentionnel

Avoir un trouble attentionnel n’est pas simplement une capacité liée à la motivation ou au plaisir d’apprendre.

L’enfant peut etre en difficulté car sa maturité attentionnelle est en décalage avec les exigences scolaires. On ne demande pas la même chose en termes attentionnels à un enfant de début de primaire et de début de collège.

Il est donc important de situer le niveau attentionnel (dans les différents sous-domaines) de votre enfant en comparant les résultats obtenus avec ceux des enfants du même âge.  Ces informations sont précieuses pour comprendre les difficultés scolaires de votre enfant.  

Les capacités de contrôle des ressources attentionnelles = FONCTIONS EXECUTIVES

Méconnues du grand public, elles étaient appelées autrefois  «les fonctions supérieures » car elles agissent comme un chef d’orchestre en gérant nos plans d’action et nos stratégies non routinières.

La plupart de nos actions sont souvent réalisées de manière automatique comme nous habiller, conduire une voiture, etc. Mais lorsque nous devons nous adapter à des situations nouvelles, nous devons alors solliciter des fonctions essentielles à la réussite de nos actions (cf. Schéma ci-dessous pour comprendre l'activation des fonctions éxécutives dans le déroulement d'une tâche).

Les troubles dysexécutifs

Les troubles dysexécutifs s’expriment différemment d’un enfant à un autre, mais peuvent impacter sévèrement les résultats scolaires en mathématiques, en langage oral et écrit, en orthographe, et dans les capacités d’organisation (du cartable, des cahiers, etc.). Ils peuvent avoir une incidence insoupçonnée  dans les relations sociales (non-respect des tours de parole, difficultés d’ajustement dans la communication, déficit de régulation émotionnelle, etc.).

Retrouvez moi sur les reseaux sociaux

  • c-facebook