Pourquoi les enfants doivent-ils compter sur leurs doigts?

Mis à jour : mars 28




Les enseignants et les parents se posent souvent cette question : faut-il laisser les enfants compter sur les doigts? Est-ce que ce n’est pas leur donner de mauvaises habitudes? Ou leur faciliter de manière trop importante la tâche et les empêcher d’apprendre les processus arithmétiques?


Pourtant cette pratique doit être encouragée du fait de son efficacité :

• L’enfant peut « sentir » les quantités sur ses doigts et avoir une perception des nombres plus grands, plus petits, ou identiques

• Elle permet de dénombrer les petites quantités

• elle soulage la mémoire,

• elle apporte une information visuelle car les enfants peuvent voir le résultat,

• Les doigts fonctionnent comme une constellation: la main est un groupement de 5 qui permet de reconnaître 6 doigts comme 5 doigts +1 isolé

• Elle permet à l’enfant de comprendre la décomposition de 10

• La quantité apportée par les doigts (code analogique) complète l’apprentissage du mot-nombre (code verbal) et du nombre écrit (code arabe)


Le modèle Triple code de Stanislas Dehaene

Aussi, Docteur Justine Dupont-Moine nous montre dans sa thèse qu’utiliser les doigts pour compter facilite les apprentissages en mathématiques.


Cette chercheuse, accompagnée de Catherine Thévenot ont évalué les habiletés mathématiques d’enfants âgés de cinq et six ans en tenant compte de leurs capacités gnosiques digitales (faculté de reconnaître et discriminer les doigts seulement en les touchant).


Précédemment, des études scientifiques avaient démontré que les élèves qui ont « une meilleure sensibilité des doigts les utilisent plus facilement pour compter ce qui les aide à résoudre des opérations ». Un lien entre sensibilité des doigts et performance mathématique était donc établi.


Par ailleurs, J. Dupont-Moine a démontré que les enfants ayant un niveau cognitif élevé, développent des stratégies de comptage plus efficaces en utilisant fréquemment leurs doigts pour résoudre des opérations comme des additions simples.


À l’inverse de ce qui était prétendu précédemment, ce n’est pas la qualité de la gnosie digitale qui permet de mettre en place des stratégies de comptage avec les doigts mais le contraire : les enfants ayant des capacités cognitives plus développées choisissent de compter sur les doigts. Cette stratégie permettrait alors de développer les gnosies digitales.


D’autres études ont également montré que chez des enfants ayant des difficultés de numérosité, un entraînement des gnosies digitales pouvait améliorer ce champ de compétences (Gracia-Bafalluy & Noël, 2008). Ces études affirment donc que les gnosies digitales sont « non seulement prédictrices des compétences arithmétiques futures, mais constituent également une fonction qu’il est possible d’entraîner afin d’améliorer les performances dans le domaine des mathématiques » (1).



Par conséquent, il est important d’encourager les enfants à utiliser leurs doigts pour compter, et ce, en classe et à la maison. Ce processus de comptage peut perdurer jusqu’à l’âge de 9 ans. Après cet âge, il faut se questionner si l’enfant n’a pas des difficultés de mémoire de travail ou de représentation du nombre.


En cas de doute pour votre enfant, un bilan en cognition mathématique peut être envisagé avec votre ergothérapeute formée à la cognition mathématique. En ergothérapie, nous travaillons les gnosies digitales lorsque les enfants présentent ces difficultés perceptivo-motrices, par le biais d'une rééducation brève (12 séances environ).




Dans la carte mentale ci-dessous, vous pouvez voir quelles sont les activités scolaires et quotidiennes qui peuvent être difficiles pour un enfant qui présente des difficultés logico-mathématiques.

(1) « Cognition numérique : apport des techniques électrophysiologiques dans la compréhension des mécanismes cérébraux liés au traitement numérique. Vers une nouvelle perspective de diagnostic » Marianne Hurtrez, page10


Bibliographie:

  • Barnes, A, M. et al. (2011). Mathematical skills in 3- and 5-Year-Olds with Spina Bifida and The typically developing Peers : A longitudinal approach. Journal of the international Neuropsychological Society. 17(3) : 431-444.

  • Prise en charge des difficultés mathématiques des enfants porteurs de troubles spécifiques des apprentissages en ergothérapie Valérie Barray Dans Développements 2013/3-4 (n° 16-17), pages 13 à 35

  • « Cognition numérique : apport des techniques électrophysiologiques dans la compréhension des mécanismes cérébraux liés au traitement numérique. Vers une nouvelle perspective de diagnostic » Marianne Hurtrez, page10


Retrouvez moi sur les reseaux sociaux

  • c-facebook